C’EST QUOI UNE MÉTHODE AGILE ?

Nous avons évoqué les principes de l’état d’esprit agile, mais que désigne-t-on alors par méthode agile ?

Lorsqu’il s’agit de faire agile le terme de méthode agile revient très régulièrement.

  • LA méthode agile infaillible n’existe pas.
    On peut très souvent lire que Scrum serait cette fameuse méthode agile…mais il en existe beaucoup d’autres…
  • Il n’y a pas de “recette de cuisine” agile,
    avec des ingrédients et des étapes prédéfinis à réaliser dans un ordre précis.
  • Méthodes, pratiques, techniques, cadres de travail (frameworks)… Tous ces termes sont valables selon les situations pour désigner différentes façons de faire agile, pour plus de simplicité nous parlerons d’approches agiles. 

Pour découvrir plus en détails le fonctionnement d’approches agiles spécifiques, tu peux consulter le parcours “Agilité et produit”.

Les approches non-agiles :

Il n’y a pas de terme universel pour désigner les approches non-agiles. Nous pouvons à la fois trouver les termes de gestion de projet traditionnel, cycle en V, en cascade (waterfall), prédictif…

Les approches prédictives ressemblent à une notice de montage Ikea : les étapes sont séquentielles, les unes après les autres et la promesse du livrable est annoncée dès le début.

 

Le client rédige un cahier des charges de tout ce qu’il attend dans son produit final : les spécifications fonctionnelles et les spécifications techniques. Ce cahier des charges une fois validé n’évolue que très peu, laissant peu de place aux changements.

Le produit est ensuite réalisé suivant ce cahier des charges puis vient l’heure de la recette avec le client pour tester la réalisation et vérifier que celui-ci est conforme à sa demande.

Or, ce genre de processus produit un effet tunnel qui peut être néfaste et conflictuel dans un monde VUCA dans lequel il faut aujourd’hui évoluer.

Une enquête de 2014 du Standish Group fait le constat suivant :

  • 35 % des projets informatiques sont des échecs,
  • 52 % n’aboutissent qu’au prix d’un important dépassement des délais et du budget tout en offrant moins de fonctionnalités qu’il n’en était demandé,
  • seuls 16 % des projets peuvent être considérés comme des succès.

Parmi les facteurs d’échec de ces projets, on retrouve notamment :

  • Le manque d’implication des usagers finaux
  •  Un cadrage incomplet en début de projet
  • Changement des spécifications en cours de projet

Les approches agiles : pour sortir de l’effet tunnel

Les approches agiles proposent donc de sortir de cet effet tunnel. Voici comment l’Agile Alliance les définissent  :

” Une méthode agile est une approche itérative et incrémentale pour le développement de logiciel, réalisé de manière très collaborative par des équipes responsabilisées appliquant un cérémonial minimal qui produisent, dans un délai contraint, un logiciel de grande qualité répondant aux besoins changeants des utilisateurs.”

Décortiquons la définition :

Une approche itérative et incrémentale

  • Itération :
    Cela signifie de recommencer plusieurs fois afin d’améliorer la solution. Pour cela, on va tester et expérimenter plusieurs fois pour ajuster et faire correspondre la solution aux besoins et attentes de l’usager ou du client. Ce dernier peut donc se rendre compte du travail réalisé et émettre des feedbacks…
  • Incrémentation :
    On construit un projet incrémental petit à petit en le découpant en petites phases de travail. On va ensuite prioriser ces phases de travail : quelles sont les fonctionnalités prioritaires ? Celles qui sont essentielles ? Quelles sont celles qui sont secondaires ?

Des équipes responsabilisées et collaboratives
Chaque membre de l’équipe est choisi pour son expérience et son tempérament pour créer de la complémentarité. L’accent est mis sur la communication de l’équipe et la collaboration entre les différentes parties prenantes.

Un cérémonial minimal
Pour fonctionner en équipe agile pas de réunion à rallonge sans ordre du jour. Chaque rendez-vous a un sujet précis et un temps à respecter pour qu’elles soient les plus efficaces possibles.

Des utilisateurs aux besoins changeants
Entre le début et la fin d’un projet, il peut se passer plusieurs années : les usages et les technologies évoluent vite. En centrant le projet sur l’utilisateur, on construit un produit qui s’adapte à ces évolutions. Il ne s’agit pas pour autant de dire oui à tout, mais d’intégrer plus facilement les changements et d’inverser les priorités si besoin.

Conclusion

Si l’on reprend le rapport du Standish Group :

  • 42% des projets agiles sont des succès, 8% sont en échec
  • 26% des projets dit en cascade sont des succès, 21% sont en échec

La gestion de projet agile permet de pallier aux faiblesses des méthodes traditionnelles en cascade. En s’organisant en petites équipes autonomes et pluridisciplinaires, les équipes agiles sont moins soumises à l’effet tunnel et peuvent être plus réactives aux changements et évolutions !

29 août 2019

0 responses on "C'EST QUOI UNE MÉTHODE AGILE ?"

Leave a Message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

top

Tous droits réservés.