UNE CULTURE, DES PRATIQUES

Etre agile et faire agile

“L’agilité est la capacité à créer et répondre au changement. C’est un moyen de gérer, et en fin de compte de réussir, dans un environnement incertain et turbulent.”
Agile Alliance

S’il est fréquent de distinguer l’être agile du faire agile, c’est que l’agilité suppose une adhésion à certaines valeurs (celles notamment du Manifeste Agile), et ne se résume pas uniquement à des pratiques qui ne seraient que la petite partie émergée de l’iceberg.

L’agilité, c’est d’abord une culture,  une façon d’appréhender son travail.
Cet état d’esprit est défini par les valeurs et principes du Manifeste Agile. 
Une fois que la culture est là on va mettre en place des cadres de travail, des pratiques agiles qui partagent les mêmes valeurs et principes.

L’exemple de Spotify pour comprendre l’état d’esprit agile.

Spotify est une plateforme de streaming musicale suédoise.
Cette vidéo (en anglais) explique bien comment lors de son changement d’échelle, elle a mis en place une véritable culture d’entreprise agile, dépassant le simple cadre Scrum.

Si tu préfères la lecture rendez-vous sous la vidéo pour retrouver les explications en français !

 

Favoriser l’autonomie des équipes

Les équipes de Spotify fonctionnent en petites équipes projet : des squads pluridisciplinaires sur des missions à long terme.
Chaque squad est autonome et responsable de ses projets. Elles sont toutes alignées sur une vision produit commune et sur des objectifs à court terme.
Mais comment rester dans l’alignement d’une vision produit commune ?

 La communication, c’est la clé !

Plus les équipes comprennent et adhèrent aux objectifs, plus les managers peuvent leur laisser de l’autonomie sur la façon d’atteindre ces objectifs.
Mais pour éviter que chacun fasse n’importe quoi, le manager doit donc faire preuve de transparence sur le pourquoi et laisser la main sur le comment. Il doit donc régulièrement communiquer avec ses équipes pour maintenir le cap ! Les squads peuvent ensuite travailler ensemble et peuvent partager leurs bonnes pratiques : une culture du partage et d’entraide s’instaure entre les squads. Une pollinisation des pratiques et des connaissances s’opère.

Culture du partage et Management des compétences

Tout cela est possible parce que Spotify est profondément tourné vers l’humain et la valorisation des talents de chacun. Tout le monde fait partie du même bateau !
Les squads sont réunies au sein de tribus (les tribes) dédiées à des projets spécifiques. Au sein des tribus, on trouve des chapitres (chapters) qui sont des regroupements d’experts métier (les développeurs, les designers…). En fonction de l’ancienneté et de l’expertise certains peuvent être coaches pour accompagner la montée en compétence des juniors.

Mais on retrouve également des guildes, qui sont des regroupement de personnes qui n’ont pas forcément le même métier mais qui partagent des centres d’intérêt et qui peuvent se réunir pour échanger leur veille, monter des projets secondaires…

L’état d’esprit agile : facile à comprendre, mais difficile à mettre en place

La notion d’agilité est facile à comprendre, mais sa culture est difficile à mettre en place en entreprise, car il s’agit de faire infuser une nouvelle philosophie et embarquer les individus prend du temps. (Car on le sait, l’humain n’aime pas le changement…)

 

 

Les modèles d’organisation comme Spotify présentent au moins deux caractéristiques essentielles :

  • Ils sont en constante évolution
  • Ils ne sont pas directement transposables d’une société à l’autre.

En dépit des différences dans la réalisation, la culture agile porte un changement profond et durable au sein des organisations. Dans le prochain chapitre tu découvriras comment chez Extia, nous développons notre propre culture agile.

29 août 2019
top

Tous droits réservés.