Le codéveloppement professionnel

« Le groupe de codéveloppement professionnel est une approche de développement pour des personnes qui croient pouvoir apprendre les unes des autres afin d’améliorer leur pratique. La réflexion effectuée, individuellement et en groupe, est favorisée par un exercice structuré de consultation qui porte sur des problématiques vécues actuellement par les participants… »

Adrien Payette et Claude Champagne en 1997

Le codéveloppement professionnel, se former grâce à ses pairs

Le codéveloppement professionnel (que l’on abrégera en codev dans cet article) est une approche de formation qui mise sur le groupe et sur les interactions entre les participants. Cette pratique basée sur le pouvoir de l’intelligence collective a été théorisée et popularisée dans les années 1980 par deux auteurs canadiens : Claude Champagne et Adrien Payette. 

Le principe est simple : le codev propose de réunir un groupe de professionnels (entre 5 et 10) de manière régulière pour résoudre la problématique d’un des participants (appelé le client) grâce à l’intervention et au partage d’expériences des autres (les consultants). À chaque session, le client change et pendant 2 à 3 heures en respectant certaines étapes structurées, le codev rend concret l’adage connu « tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin« . 

La méthode propose un cadre d’échanges entre pairs dans lequel on ne cherche  pas à se mettre d’accord pour agir ensemble ensuite, mais à fournir au client le plus de pistes de réflexion et d’actions possibles. L’idée centrale est d’apprendre sur sa propre pratique en écoutant et en aidant des collègues à cheminer dans la compréhension et l’amélioration effective de leur pratique. 

Les objectifs et apprentissages de la démarche 

  • Apprendre l’importance du temps de la réflexion 

« La réflexion est l’oxygène de l’action » écrivent les auteurs. Prendre le temps de la réflexion et de la hauteur sur ses pratiques professionnelles font partie de l’état d’esprit agile que l’on retrouve notamment dans le Cœur de l’Agile d’Alistair Cockburn. 

  • Apprendre à être plus efficace 

Les réflexions individuelles et collectives permises par le codéveloppement offrent la possibilité de mieux comprendre sa situation et de mieux se comprendre soi-même dans cette situation. Cette compréhension et le partage d’expériences nous apprennent à être plus efficaces et de perfectionner notre pratique professionnelle. De plus les étapes du codev nous invitent à développer des compétences telles que lécoute active, l’esprit d’analyse, la reformulation et l’esprit de synthèse

  • Apprendre à se connaitre

Dans un groupe de codev, chacun apprend à reconnaître ses forces et faiblesses mais aussi ses préjugés, ses postulats et ses a priori.  

  • Avoir un groupe d’appartenance 

L’intérêt du codev est de former un groupe de professionnels partageant un point commun, pour autant c’est la richesse des profils et des expériences qui vont nourrir la montée en compétence de chacun. Créer des rendez-vous réguliers avec ce groupe renforce le sentiment d’appartenance.

  • Consolider l’identité professionnelle 

Partager ses expériences permet de définir le sens que l’on donne à son travail. Il permet aussi de le faire comprendre aux autres. Chacun va également se créer un répertoire de pratiques et trouver sa place parmi les différentes expertises de chacun.

  • Apprendre à aider et se faire aider

Entendre le groupe interroger et faire des commentaires sur sa pratique professionnelle nous exerce à recevoir du feedback. Développer son écoute active et son esprit d’analyse pour donner du feedback constructif est tout aussi formateur. Car ce sont des compétences difficile à acquérir mais très souvent utiles au quotidien. Les participants développent également leur humilité en faisant parfois face à leur limites en se découvrant incapables d’être utile à un client sur un sujet donné. 

  • Apprécier le plaisir d’apprendre 

Le cadre 

Avant de détailler dans le menu les étapes qui constituent une session de codéveloppement, il est important de poser le cadre dans lequel le groupe évolue. Ces règles d’or sont essentielles pour le collectif : 

  • La confidentialité 

Le client soumet une problématique qui le touche et qui met parfois en scène d’autres personnes. La confidentialité des sujets traités participe au climat de confiance qui rend les échanges authentiques. 

  • Bienveillance 

Pas de jugement ou de procès d’intention.  

  • Authenticité 

L’authenticité ne signifie pas de raconter sa vie ou dévoiler son intimité, mais d’être ouvert d’esprit, sincère et avec une vraie volonté de jouer le jeu. 

  • Harmonie de l’équipe

Dans un groupe de codéveloppement on recherche la diversité des points de vue, la richesse des profils et des parcours, pour autant il est important de réunir des individus qui ont un point commun (métier, niveau hiérarchique ou ancienneté…)

  • Respect du temps de chacun 

Les étapes du codéveloppement sont bien définies pour permettre une bonne répartition et respect du temps de parole de chacun. 

Les étapes

Avant propos : Le groupe se met d’accord sur le client de la session. 

1- Exposé de la problématique
Le client expose et les consultant écoutent.
Il présente sa réalité, telle qu’il la perçoit et présente tel qu’il se perçoit. Le fait d’extérioriser donne une nouvelle clarté aux choses. Nommer ce qui fait problème, c’est souvent mieux définir cette situation, et cela ouvre déjà des pistes de solution. (C’est le principe de la méthode du canard en plastique).

2- Clarification de la problématique
Les consultants formulent des questions pour affiner la compréhension de la situation, le client répond et précise.
Le client vient de présenter avec ses mots le sujet de sa consultation. Il est allé à l’essentiel mais tout n’a pas nécessairement été dit. Les consultants ont besoin d’informations complémentaires pour comprendre le besoin, et cerner la situation. Cette étape est aussi utile pour le client car il permet de voir sa situation sous d’autres angles.  

3- Contrat de consultation 
Le client précise le contrat de consultation qui peut avoir évolué.
Cette étape permet d’avoir une vision commune sur l’objet de la consultation. C’est une étape qui peut être très brève, mais assure que chacun travaille dans le même sens. 

4- Réaction, commentaires, suggestion des consultants
Les consultants réagissent, partagent leurs impressions, commentaires, idées et suggestions.
Le client écoute, fait préciser et note. Jusqu’ici les consultants se sont limités à des questions factuelles. Ici ils donnent leurs impressions, leurs conseils et leurs propres diagnostics, des références à des méthodes, des outils, des livres, des personnes… Tout ce qui peut aider le client à penser et à agir.
Le client ne réagit que très peu pour éviter les débats. Il s’en tient à des questions de clarification et prend des notes. 

5- Synthèse et plan d’action
Le client assimile l’information et conçoit un plan d’action.
Les consultants aident. Le client est invité à orienter sa réflexion vers des actions concrètes. Les consultants doivent se rappeler que le client est l’expert de sa situation : il peut être parfois frustrant de voir le client laisser de côté l’une ou l’autre de leurs suggestions d’action.

6- Conclusion : évaluation et assimilation des apprentissages par chacun.
Le client et consultants décrivent leurs apprentissages et prennent note. Il est important de prendre un peu de temps pour fermer la consultation en proposant un tour de table sur les impressions de chacun en notant ce qui a bien marché et ce qui a moins bien marché pour pouvoir être plus efficace au prochain codéveloppement.

Focus sur le flash-codev chez Extia

Le codéveloppement, tel qu’il est décrit par Champagne et Payette est un format long de minimum 2h pour un groupe allant jusqu’à 10 participants. Ce qui se révèle parfois assez compliqué à programmer dans les agendas de chacun. 

Chez Extia nous organisons régulièrement des groupes de flash-codev, c’est un format plus court de 2h maximum cette fois-ci, pour un groupe de 6 à 7 participants. Cela s’organise parfois à la demande d’une personne qui va mobiliser un groupe pour répondre à sa problématique, ou de manière régulière et ritualisée pour un groupe pour aborder des problématiques métiers ou managériales…

Pour rendre cela possible, voici quelques conseils :

  • Ne pas répéter ce qui a déjà été dit
    Invitez les participants à ne pas répéter ou reformuler les propositions déjà faites.
  • 1 seul tour de parole
    Lors des phases de questions des consultants et de réponses de ces derniers, invitez les participants à prendre une seule fois la parole pour ne faire qu’un seul tour de table. Un consultant va poser autant de questions qu’il souhaite. Il ne peut être interrompu mais lorsqu’il n’a plus rien à dire il ne pourra plus reprendre la parole.
  • Un poster pour guider les participants dans la pratique
    Pour guider les participants dans la pratique, nous avons créé un poster, que vous pouvez télécharger et l’afficher vos propres sessions de codéveloppement !

Et vous, vous pratiquez le codéveloppement ?

Claire – Coach Agile @ Extia

top

Tous droits réservés.