SCRUM – LES FONDEMENTS

Scrum est l’outil le plus connu et le plus implémenté, à tel point qu’une confusion existe.
Tout se passe comme si Scrum et agile étaient synonymes.

 

 

Cet amalgame “l’agilité c’est scrum et scrum c’est l’agilité” semble donc compréhensible mais il n’est pas vrai, car :

  • Scrum n’est pas la seule manière de faire, il existe d’autres approches comme extrem programing (XP), Kanban, SAFe…
  • L’agilité est une culture, un état d’esprit.

L’origine de Scrum et ses fondements

Scrum signifie “mêlée” en anglais. Celle du rugby plus précisément ! Ce n’est pas un hasard car selon ses créateurs, il partage les mêmes valeurs de l’ovalie : engagement, courage, focus, ouverture et respect.

 

 

L’approche Scrum a été créée par Jeff Sutherland et Ken Schwaber au cours des années 90 pour aider les organisations à développer, livrer et maintenir des produits complexes (digitaux mais pas seulement).
Ils sont à l’origine du Scrum Guide publié en 2009.

Scrum est une approche empirique c’est-à-dire que l’équipe travaillant en Scrum va tester, apprendre et s’ajuster au fur et à mesure. Ainsi la connaissance vient de l’expérience, les prises de décisions sont faites à partir de ce qui est connu et non à partir de théories et de suppositions.

C’est aussi pour cela que l’on ne peut pas parler de méthode, car une méthode dit généralement comment faire les choses. Scrum n’est pas comme une recette de cuisine à suivre pour réussir son logiciel, éviter les problèmes, limiter les imprévus…
Il peut davantage être vu comme une règle du jeu : il donne un cadre et le rôle de chaque joueur.
À l’équipe d’évoluer et de construire sa propre stratégie pour atteindre ses objectifs.

Pour atteindre l’empirisme, Scrum repose sur trois piliers :

  • Transparence : toute l’équipe projet doit comprendre et partager les aspects importants du projet, la communication est primordiale !
  • Inspection : l’équipe vérifie son travail au fur et à mesure, et non à la fin, une fois le produit terminé. Elle inspecte également sa façon de faire et de fonctionner.
  • Adaptation : des ajustements peuvent être faits pour minimiser les risques (prise de retard, décalage avec le besoin utilisateur…).

Les ingrédients de Scrum

Scrum est composé de 3 rôles principaux, 5 événements et 3 “artefacts” que nous allons détailler dans l’article suivant.
Attention, ces rôles, événements et artefacts sont obligatoires. Le Scrum Guide est très clair à ce propos : ne pas respecter un de ces rôles/événements/artefacts résulte en la perte de transparence et d’opportunités pour inspecter et adapter le produit.

27 août 2019
top

Tous droits réservés.